INTERVIEW : Pour la page Facebook Auteurs et Cie

Interview Barbara Laurame par Angeline Monceaux - 7 Mars 2018



Angeline : – Bonjour, Barbara et bienvenue sur Auteur et Cie.


Barbara : – Bonjour Angeline, et vraiment merci de m’avoir accueillie sur ce groupe. Par contre, je n’ai toujours pas eu mon avocat au téléphone, je vais devoir me passer de lui pour répondre… Tu peux me lire mes droits d’abord steup ?


Angeline : – Tu as le droit de tout révéler sur ta vie d’Auteur

Que représente l’écriture pour toi ?


Barbara : – Du plaisir, avant tout. Un besoin, une envie aussi. Un exutoire, pour certains de mes écrits, un défouloir, pour d’autres ! Enfin, tout ça mélangé !


Angeline : – Pourquoi et comment es-tu devenu écrivain ? Peux-tu nous parler un peu de toi ?


Barbara : – J’ai commencé à écrire, j’avais 21 ou 22 ans. Je travaillais en tant que réceptionniste dans un vieil hôtel, aux colombages et aux boiseries qui craquent… tu vois ? J’avais beaucoup de temps mort et un besoin de m’occuper l’esprit sinon je serais devenue psychopathe ! (ha mais attends… c’est de là que ça me vient ? 📷;) )! J’ai commencé à prendre une feuille, un stylo et à écrire, oui c’était rude à l’époque !… Puis la vie en a décidé autrement, je ne l’ai jamais fini. Je l’ai mis sur disquette (ho, on ne rit pas), mais j’avais eu l’intelligence d’esprit (ouaiiiis, si !) d’imprimer ce que j’avais déjà écrit. Je suis devenue maman à 24, puis la spirale de la vie, la deuxième à 28. Ma vie a changé, j’ai déménagé, elles sont devenues grandes, j’ai retrouvé du temps, l’envie et j’ai recommencé grâce aux réseaux sociaux, des groupes d’écriture créative. En 2015, j’ai décidé de participer à un concours de nouvelles. J’en ai écrit une spécialement suivant les contraintes et j’ai fini parmi les 5 gagnants sur plus de 1000 nouvelles, la machine était lancée ! (je me la pète un peu, j’ai le droit là hein ?) Récemment, j’ai retrouvé mon manuscrit, commencé il y a 25 ans, au fond d’un carton, alors que je publiais Les Fantômes Du Passé… Je me dis que je le reprendrai certainement après celui déjà en cours d’écriture !


Angeline : – Quel genre de livres écris-tu ?


Barbara : – Je n’ai pas vraiment de genre précis, enfin si, finalement, je crois, en y réfléchissant, que si. Les Fantômes Du Passé qui est publié, est un thriller surnaturel, celui en cours d’écriture est juste un thriller, celui commencé il y a 25 ans est du surnaturel, visiblement avec du thriller aussi… Bon, un peu le genre qui fait peur, qui fait réagir, qui fait ressentir, mais qui fait s’évader… mes nouvelles sont comme ça aussi. J’aime les intrigues, les émotions, faire ressentir. Y’a un genre pour ça ?


Angeline : – Aucune idée, je n’y connais rien aux genres. Que lis-tu et quels sont les ouvrages qui t'ont le plus marqué ?


Barbara : – Je trouve difficilement le temps de lire, je m’y suis remise récemment en prenant le pavé de Stephen King, 22/11/63. Cela faisait plus de deux ans que je n’avais pas ouvert un bouquin ! Mais ça m’a fait un bien fou ! J’adore les thriller et le fantastique comme ça. J’ai du mal à me souvenir précisément d’un livre en particulier, j’en ai lu beaucoup mais j’ai la sale manie d’oublier et quand on me demande, tu l’as lu celui-là ? Heu peut-être… et quand on me raconte, je dis : ha mais oui, je l’ai lu ! Heureusement, il commence à exister de chouettes applis qui me permettent de répertorier mes lectures ! Mais je pense que Le Chien des Baskervilles a été un des livres qui m’a marqué et qui m’a donné envie de lire et d’écrire. Brume de Stephen King aussi.


Angeline : – Quels sont les auteurs que tu apprécies du passé et du présent ?


Barbara : – Mary Higgins Clark, Stephen King, (et Richard Bachman) Maxime Chattam, Marc Levy, Gilles Legardinier, Patricia Cromwell, je suis assez éclectique mais assez trhiller. J’aime m’évader, rêver, tant que ce que je lis me fait tout oublier, voilà la clé d’un bon livre pour moi. Sir Arthur Conan Doyle, Agatha Christie pour les anciens, je suis une grande fan des histoires d’Hercule Poirot. Mais j’ai lu Shakeaspeare, Molière, Racine, Kant, Céline, Barjavel… et tant d’autres !


Angeline : – Publies-tu sous un ou plusieurs pseudonymes et pourquoi ?


Barbara : – Un pseudonyme, pour des raisons familiales personnelles. J’aurais aimé publier sous mon vrai nom mais maintenant, j’aime assez ne pas l’avoir fait. Cela me permet de bien décrocher de tout ça et de ne pas tout mélanger.


Angeline : – Que représente l’écriture pour toi ? D'où te vient ton inspiration ?


Barbara : – L’écriture est un moyen d’exprimer par mots tout ce qui se passe dans ma tête ! Un besoin, dès que j’ai une idée, je vois les mots qui valsent, qui bougent et qui me disent, écris-moi, écris-moi ! Et mon inspiration ? De ma tête, ma p’tite dame ! De ma pauvre tête où tout bouillonne tout le temps là-dedans ! Puis des choses que je vis, des choses que vivent mes amis, je peux m’inspirer d’un fait réel, parfois une phrase entendue dans une chanson, un fait anodin arrivé un jour, parfois rien, ça sort comme ça… j’ai toujours eu beaucoup d’imagination !


Angeline : – Comment trouves-tu l'inspiration pour créer tes protagonistes ?


Barbara : – Beaucoup viennent à moi en fait ! Parfois l’histoire vient après le personnage, je trouve dans la vie qui m’entoure, les choses de tous les jours, dans ce que je vis, dans ce que mes amis vivent, les prénoms, les styles, les caractères. Pour mon livre, il y a beaucoup de l’histoire de ma famille, en fond. Mais je n’ai pas de fantômes dans ma famille ! Enfin, pas que je sache… euh je vais faire attention ce soir, quand même.


Angeline : – Aimerais-tu essayer d'écrire dans un autre genre ?


Barbara : – J’écris des nouvelles, des poèmes, ce roman est un roman court, mais il est vrai que les styles et genres se ressemblent, il y a du drame, de la peur, du fantastique, du surnaturel, de l’amour quand même aussi. Alors, peut-être oui, ce serait un défi ! Arriver à écrire une histoire sans qu’il y ait un tordu dedans… Hummm. Intéressant, il faudrait voir si je sais faire ! Mais lorsque je commence, je m’égare souvent dans les méandres de mon esprit, et je ne sais pas pourquoi, il faut toujours un tordu, un vilain, un truc qui pimente ! Mais j’aime les défis, alors pourquoi pas !


Angeline : – Te considères-tu comme un auteur engagé et pourquoi ? Désires-tu faire passer un message par l'écriture de ton roman ?


Barbara : – Engagé… je l’associe souvent à politique, donc non. Je n’ai pas envie d’être dans ce registre, j’ai juste envie d’écrire pour que les gens s’évadent, voyagent, ressentent. Je n’ai pas de message à faire passer ou bien si ! Juste : coucou. Non, mes écrits ne sont pas des écrits à message. Que le lecteur en tire ce qu’il veut mais surtout du plaisir et de l’envie de lire.


Angeline : – Comment prépares-tu ton livre, as-tu des carnets ou cahiers ou écris-tu directement sur ordi ?


Barbara : – Directement sur ordi… Quand j’ai une idée, ça peut m’arriver de la noter dans mon téléphone si je ne suis pas devant un ordi, ou d’enregistrer des phrases pour mes poèmes parce que ça me vient comme ça, d’un coup ! Et quand je suis sur le parking du Lidl, je n’ai pas toujours un papier ou un crayon, mais mon téléphone, si ! Alors je me fais des mémos. Si un jour, vous voyez un truc blond frisé dans une voiture qui parle à son téléphone, c’est peut-être moi ! (ou pas, vous aurez la surprise, venez dire bonjour ! )


Angeline : – Utilises-tu des bêtas et des correcteurs ?


Barbara : – J’ai découvert tous ces mots et fonctions en publiant ce roman, je ne savais pas qu’il existait autant de services pour les auteurs indépendants, je pensais qu’en dehors des maisons d’édition, on se débrouillait ! J’ai demandé de l’aide aux amis qui me lisaient et qui ont bien eu envie et le temps surtout (merci Sandrine, merci môman), puisqu’à la base, mon histoire était une histoire qui a été suivie pendant son écriture ! Ces amis qui me disaient, mais nan mais tu devrais écrire pour publier, c’est trop bien ! J’ai ensuite eu l’aide d’un ami écrivain, rencontré virtuellement sur Short Edition où je publie mes nouvelles et mes poèmes et mes TTC (Textes Très Courts). Mon histoire était là, en plusieurs parties, c’est lui qui m’a incité en me disant que cette histoire valait plus que Short Edition. Il m’a appris beaucoup de choses pour remanier la tournure des phrases car il faut bien avouer que c’était écrit un peu à la va vite, dans sa fournée d’origine. En prenant le temps, c’était impressionnant de voir les tournures de phrases arriver dans ma tête pour remanier, ré écrire. C’est un exercice très intéressant qui m’a fait beaucoup évoluer dans ma façon d’écrire maintenant. J’y fais beaucoup plus attention même lors d’un premier jet ! Peut-être que je demanderais à des bêtas et correcteurs extérieurs en plus, pour celui en cours.


Angeline : – Que penses-tu de tes écrits ?


Barbara : – Ils sont topissimes voyons ! Je plaisante, si j’aime, je publie. Si je n’aime pas, j’efface. Donc je ne publie que des choses que j’ai aimées écrire et que j’aime lire. Après, je ne suis pas la mieux placée pour juger de leur qualité, c’est au lecteur que je laisse cette fonction ! Mais si je les publie, c’est qu’ils me plaisent.


Angeline : – Si tu as des mauvais commentaires, quelle est ta réaction ?


Barbara : – Il y a mauvais et mauvais. Si c’est juste je n’ai pas aimé, oui bein développe ! C’est important ! Pour mon livre, par exemple, si on me dit : je n’ai pas aimé l’histoire parce que je n’aime pas les fantômes, ha bein oui mais là je ne peux rien y faire ! Les synopsis sont là pour ça. On ne peut pas plaire à tout le monde ! Mais jusqu’à présent, même les gens n’aimant pas ce genre d’histoires m’ont dit qu’ils avaient aimé. Certes, je n’ai pas eu le retour de tous les lecteurs, j’aurais aimé pourtant ! Mais je ne connais pas tous les gens qui l’ont acheté. (Ce qui est un bon signe au final ! ) Disons, qu’en règle générale, un mauvais commentaire, s’il est constructif, peut être intéressant, mais si c’est juste de la méchanceté gratuite, ça fait mal et ça ne sert à rien. Je pense que j’essayerai de ne pas y faire attention, à force. Quand on bosse dure, ce n’est pas évident de lire qu’on aime pas votre travail. Pour le moment, je n’ai pas eu ce cas. (pourvu que ça dure ! )


Angeline : – Quel est ton endroit et ton animal favori ?


Barbara : – J’ai la chance de vivre en bord de mer…Alors je dirais, sur MA plage, MON rocher le soir à regarder MON coucher de soleil (oui forcément, c’est à moi…. ) ou bien sur mon canapé, sous mon plaid devant une bonne série. Ha oui, là je suis bien aussi. (je suis hyper perso comme fille en fait ) Je n’ai pas d’animal favori mais j’ai mon petit compagnon de chat, Newton, qui a 10 mois et qui est un petit adopté de la SPA. J’ai toujours eu des animaux, chien, chat, cochon d’inde, des souris sauvées des griffes de mes chats que je gardais et relâchais. Les lapins de garenne aussi ! Mais là, je n’ai plus que Newton et c’est une crème de chat. Un amour. Ha oui, j’ai deux enfants aussi, ça compte ? Nan parce que je les aime bien, ça fait un moment qu’elles sont avec moi.

Angeline : – Quels conseils peux-tu donner aux lecteurs qui désirent devenir écrivains ?


Barbara : – Fuyez, pauvres fous !! ….. Ou bien… Non mais lancez-vous ! Si les gens de votre entourage vous encouragent, trouvent que c’est bon ce que vous écrivez, que ça vous plait, que ça vous libère, faites-le.


Angeline : – Barbara, merci d'avoir répondu à toutes ces questions.

As-tu quelque chose à ajouter ?


Barbara : – Juste un grand merci à ce groupe qui m’a permis de découvrir plein de gens pour échanger, un grand merci à toi pour tout ce que tu fais, merci de donner un peu de ton temps pour ces ITW ! Il y en a une de toi ? Maintenant, je peux envoyer un message à mon avocat pour lui dire que ce n’est plus la peine qu’il se déplace ? Ses honoraires sont un peu salés.


Angeline : – Mon interview arrive juste après la tienne, et non ! Je ne l’ai pas préparé, ce fut une surprise. Merci de ta participation et je te souhaite beaucoup de succès.


Vous pouvez vous procurer Les fantômes du passé sur Amazon : http://amzn.eu/9ZrG1f7


Vous pouvez retrouver Barbara Laurame Sur Facebook https://www.facebook.com/barbara.laurame.auteur

Les Fantômes Du Passé

Les Fantômes Du Passé, sorti en Janvier 2018 en e-book et en février 2018 en broché.

​SUIVEZ-MOI

  • Facebook Social Icon
  • Instagram Social Icon
  • Twitter Social Icon

© 2018 Barbara Laurame. Fièrement créé avec with Wix.com