LES CHRONIQUES

pour

Le cri du bigorneau

Chronique de La Kaza de Papel : 

Le cri du bigorneau – Barbara Laurame     

 20 mars, 12:44  · 

Coucou les petits lamas

Il est tout beau, tout chaud, le petit bigorneau ! Il sort de sa coquille aujourd'hui et il a quelque chose à vous dire...

Le cri du bigorneau de Barbara Laurame

Finistère sud, fin 2018.

Lilo, fibromyalgique, a 47 ans lorsqu’elle fait un burn-out. Un grand ras le bol de l’irrespect, de l’incivisme, du tout-pour-soi et de la non-reconnaissance de son statut de malade. Elle craque.

Durant sa convalescence, elle décide d’agir pour changer le monde et se plonge dans une aventure sociale qui va chambouler le sien.

Seulement, des phénomènes surnaturels s’invitent dans sa vie. Elle peut soudain avoir des conversations avec Billy, son axolotl. Et qui sont réellement ses nouveaux amis, Raphaël, Laureen et Alain, avec qui elle communique de façon si spéciale ?

La découverte d’un secret de famille va-t-elle l’aider à comprendre ?

Le cri du bigorneau c'est avant tout l'histoire de Lilo, une femme pétillante qui aime la vie malgré ses difficultés personnelles. Si elle a vécu un mariage compliqué et que chaque jour elle doit faire face aux douleurs infligées par la fibromyalgie, elle est drôle, attachante, enjouée... Elle est l'amie qu'on rêve tous d'avoir. Lilo, elle en a marre du marasme ambiant, des incivilités qui ne cessent de se multiplier et elle décide alors de lancer une bouteille à la mer : le grand cri du Bigorneau Masqué, son alter ego virtuel. Cette décision va la catapulter dans une tranche de vie hors du commun teintée de surnaturel, elle va rencontrer des personnes merveilleuses, se mettre à parler à son animal de compagnie et découvrir un secret de famille... Alléchant non ?

C'est un livre qui fait du bien, un roman dont les pages défilent sous nos yeux sans même qu'on s'en rende compte. L'histoire, d'une originalité à toute épreuve, m'a charmée du début à la fin, par sa douceur et son suspense mais aussi grâce aux rebondissements et à la sensibilité que Barbara sait mettre dans chacun de ses personnages. Elle affine encore une fois sa plume pour nous offrir un roman bien écrit, aussi fluide qu'entraînant, avec un humour décapant (qui m'a tiré plusieurs gros fous rires), des références cinématographiques, télévisuelles, littéraires ou musicales (qui réchauffent le cœur) et tout un tas de clins d'œil à la Bretagne (qui m'ont tellement plu) ! Dépaysement assuré, divertissement garanti !

C'est le livre qu'il faut absolument lire en ce printemps 2021 pour renouer avec la vie et se rendre compte que malgré les embûches de l'existence, rien ne vaut plus le coup que de tout faire pour être heureux. Le bonheur ne s'achète pas, il se construit. Il est temps de passer le balai sur la négativité. On peut tous faire un petit quelque chose pour améliorer le monde. N'oubliez jamais, la personne la plus importante de votre existence, c'est vous, alors apprenez à vous aimer, et Lilo sera votre guide... Bonne lecture !

PS : Je tiens à souligner le soin apporté au roman dans son ensemble, pour son contenu mais aussi pour l'objet-livre. On a ici un roman autoédité de qualité parce que Barbara s'applique afin d'avoir une mise en page élégante et une couverture personnelle, originale et sublime. Son souci du détail promet une production admirable. Chaque étape de la conception est un travail de titan et elle y met vraiment toute ses tripes. Ça mérite d'être félicité, non ?

Autoédition

20 mars 2021

305 pages

Disponible en numérique pour 2,99 € : https://amzn.to/2PdTBVq

Disponible en format broché pour 13,90 € : https://amzn.to/3c0oENi

Lien vers la chronique, cliquez ICI

jet de mots.PNG

Jetdemot.wordpress.com/

Le cri du bigorneau

 Véronique  contemporainCritiquesromances / feel good  mars 20, 2021 4 Minutes

Je crois qu’on ne pourra pas faire plus « à chaud » comme retour. Je referme le livre à l’instant et… j’ai comme une folle envie d’en parler, de crier tout ce que ce livre a de bon, de bienveillant, de promesses faites à l’inconnu qui passe… Bref, un vrai bol d’air que cette aventure hors norme et tellement sympathique !

Du coup, je vous laisse là le résumé, comme il se doit :


Finistère sud, fin 2018.
Lilo, fibromyalgique, a 47 ans lorsqu’elle fait un burn-out. Un grand ras le bol de l’irrespect, de l’incivisme, du tout-pour-soi et de la non-reconnaissance de son statut de malade. Elle craque.
Durant sa convalescence, elle décide d’agir pour changer le monde et se plonge dans une aventure sociale qui va chambouler le sien.
Seulement, des phénomènes surnaturels s’invitent dans sa vie. Elle peut soudain avoir des conversations avec Billy, son axolotl.
Et qui sont réellement ses nouveaux amis, Raphaël, Laureen et Alain, avec qui elle communique de façon si spéciale ?
La découverte d’un secret de famille va-t-elle l’aider à comprendre ?

Alors quoi, exactement ? On pourrait croire assez vite qu’un feel good un peu déjanté qui part avec une fibromyalgique, y a plus drôle… Bah vous savez quoi ? C’est vrai, y a plus drôle. Mais qu’est-ce que ça fait du bien ! Ici, l’autrice fait de l’œil à un petit bout de femme combattante, courageuse, bienveillante et BELLE. Si si, je vous jure, belle, vraiment. Pas parce qu’elle a une fibro, hein ? Mais parce que malgré tout, elle tente, échoue, retente, se bat, essaye de nouvelles choses, s’ouvre à un monde qui lui est hostile et pousse les autres à vouloir en faire autant. Lilo, la protagoniste, c’est une femme aimante, une femme au cœur pur qui fera tout ce qui est en son pouvoir pour ne laisser personne en bord de route. Dans son univers, tout le monde a droit au bonheur et elle le fait sentir via une manifestation de free hugs, organisée à l’arrache par un groupe s’étant rallié à sa cause. Cette cause, c’est quoi ? C’est donner des bouts de bonheur, faire en sorte que les tracas s’envolent pour un temps et mettre en avant une capacité à retenir ces instants de paix et de bienveillance que l’on vit au quotidien mais que l’on a tendance à oublier. Nous avons donc là une équipe de gais lurons, sympas, dynamiques, originaux qui mettrons tout leur cœur et « leurs pouvoirs » pour prodiguer ces temps d’amour dont on manque tant, tous autant les uns que les autres. Bref, cette histoire aux aspects parfois complètement loufoques ouvrent une porte sensorielle à ne pas rater.

L’intrigue, vous l’aurez compris, je l’ai bouffée ! Il m’aura fallu moins de 24h pour me laisser prendre au jeu de cette aventure, la gober, me laisser surprendre et en fermer les pages… avec un peu de remords tout de même : elle aurait pu continuer encore un moment sans que ça ne me porte préjudice.


Il faut dire que tout y est. Il y a l’histoire, c’est sûr, mais il y a aussi les personnages, leurs caractères, leur façon d’être… Tout est maîtrisé et parfaitement dosé pour nous faire passer un vrai bon moment sans tomber dans la mièvre. Oui on y trouve de l’espoir, de la romance, de la mélancolie, de bons moments entre amis, de la volonté de vouloir un monde mailleur… mais tout ça avec un naturel et une évidence que tout est lisse et se lit sans accroc.

L’écriture aussi, parlons-en. Chaque personnage va avoir son champ lexical, son phrasé et sa façon bien à lui de s’exprimer. Il y a donc toute une richesse, parfois belle, parfois drôle, dans les répliques des uns et des autres. Tout un tas de références mises en avant que ce soit au niveau des films ou de la musique. D’ailleurs, merci à toi, dame Barbara de m’avoir fait découvrir Epsylon au milieu de ma lecture : ce groupe que j’apprécie m’a accompagnée jusqu’à la fin de l’ouvrage !


Nous y trouvons donc un travail de fond vraiment bien fait : allant de l’argot sans jamais tomber dans le vulgaire à quelques répliques quasi soutenues… le panel n’est pas négligeable, et il est fort appréciable. Parce qu’on ne va pas se mentir, dans la vraie vie, on a ces différences là, les souligner est donc d’une importance cruciale, surtout quand on veut mettre en avant un thème dans lequel l’union fait la force fait légion.

Le décor aussi est bien pensé. Il donne libre accès à des expressions patoises, des petits clins d’œil sympas… mais sa description est au top : semée au gré du récit avec parcimonie, il n’y en a ni trop ni pas assez. On voit les lieux, les maisons, allant même jusqu’aux pièces elles-mêmes, sans pourtant que les fioritures soient venues se coller. La sobriété de cette mise en place descriptive en fait sa force.

Quoi d’autre ? Bah rien en fait. On a là un moment de lecture qui fait du bien. Une petite touche de fantastique, une grosse touche d’amour, un poignée de de bienveillance et une pincée de ralitude : ouais, la ralitude y en a un peu, parce que notre Lilo, elle n’est pas non plus une sainte… 


La ralitude, c’est quoi ? C’est comme la mignonitude (merci Oldelaf) qui décrit pas mal l’ouvrage et ses bons sentiments, c’est aussi comme la tristitude de devoir laisser partir quelqu’un ou encore la bonheuritude d’espérer que « You may say I’m a dreamer But I’m not the only one… » (oui, moi aussi j’ai eu envie d’inclure quelques paroles)

Alors voilà, c’est avec le sourire et un petit pincement que je referme ces pages. Je me dis que ce petit bigorneau, il est vous, il est moi, il est… Il est tant de monde qu’il mérite qu’on entende son cri. Je vous laisse le découvrir et, s’il vous prend l’envie d’aller crier avec lui, je suis partante, et je suis ! 

Bref, un grand merci à l’autrice pour sa confiance, mais surtout, un grand merci pour ces mots qui percutent et résonnent tout en raisonnant. En espérant vraiment que ces pages résonnent loin, que le cri soit entendu et que… Lilo nous guide au mieux dans cette quête.

Bonnes lectures à tous et… Bonne fin de week-end 

Lien vers la chronique, cliquez ICI

123511591_109250484320535_71852701569707

Les retours de Bill Plémo

Les retours de Bill Plémo

20 mars, 22:07  · 

Salut les gens !

Ce soir, je vous parle du petit dernier de Barbara Laurame : Le cri du bigorneau.

Résumé :

Finistère sud, fin 2018.

Lilo, fibromyalgique, a 47 ans lorsqu’elle fait un burn-out. Un grand ras le bol de l’irrespect, de l’incivisme, du tout-pour-soi et de la non-reconnaissance de son statut de malade. Elle craque.

Durant sa convalescence, elle décide d’agir pour changer le monde et se plonge dans une aventure sociale qui va chambouler le sien.

Seulement, des phénomènes surnaturels s’invitent dans sa vie. Elle peut soudain avoir des conversations avec Billy, son axolotl.

Et qui sont réellement ses nouveaux amis, Raphaël, Laureen et Alain, avec qui elle communique de façon si spéciale ?

La découverte d’un secret de famille va-t-elle l’aider à comprendre ?

Mon avis :

En règle générale, je ne lis que du noir, du polar ou du thriller. Cependant, il arrive que certains auteurs me donnent envie de compulser un autre genre. C'est le cas de Barbara. Elle sait tout écrire et je n'ai jamais été déçu par ses textes.

Lorsqu'elle m'a proposé d'être l'un de ses bêtas-lecteurs, j'ai bien évidemment accepté de suite puisque je suis fan de l'auteure ainsi que de la personne.

Si vous cherchez Le cri du bigorneau sur Amazon, vous le trouverez dans la catégorie "satires". En vérité, ce bouquin, c'est bien plus que ça. Il devrait être remboursé par la sécu tellement il fait du bien .

Barbara m'a embarqué avec son humour, ses personnages hauts en couleurs et son style si reconnaissable. Je suis passé par une multitude de sentiments et j'ai terminé cette lecture avec une sensation de zenitude. Je vous l'ai dit, ce roman fait du bien.

J'ai ri, j'ai pesté, j'ai eu les larmes aux yeux, mais surtout, j'ai dévoré ce roman (2 fois ).Je ne m'étale pas sur l'histoire, à vous de la découvrir et de la vivre pleinement.

Il y a beaucoup de Barbara dans le personnage de Lilo. Au-delà de l'amitié qui nous lie, je lui voue un profond respect et grande admiration parce que, malgré la fibromyalgie, Barbara est la personne la plus positive que je connaisse. Elle fait le bien autour d'elle et fait preuve de beaucoup d'empathie sans jamais se plaindre.

Le lien vers la chronique ici

161730904_157225259587493_27401455230481

LE CRI DU BIGORNEAU

Publié par heylowdylit27 mars 2021

Publié dans Barbara LAURAMEChronique

RESUME :

Finistère sud, fin 2018.
Lilo, fibromyalgique, a 47 ans lorsqu’elle fait un burn-out. Un grand ras le bol de l’irrespect, de l’incivisme, du tout-pour-soi et de la non-reconnaissance de son statut de malade. Elle craque.
Durant sa convalescence, elle décide d’agir pour changer le monde et se plonge dans une aventure sociale qui va chambouler le sien.
Seulement, des phénomènes surnaturels s’invitent dans sa vie. Elle peut soudain avoir des conversations avec Billy, son axolotl. Et qui sont réellement ses nouveaux amis, Raphaël, Laureen et Alain, avec qui elle communique de façon si spéciale ?
La découverte d’un secret de famille va-t-elle l’aider à comprendre ?

Avis général

Alors je dois avouer que si je n’avais pas déjà lu cette auteur, le titre ne m’aurais jamais accroché, mais, puisque l’on me propose la lecture, je me lance. Et la wouahou, j’ai été étonnée, mais dans le bon sens hein. On découvre un personnage, Lilo, totalement décalée, aussi drôle qu’elle pourrait nous faire pleurer, et j’ai découvert des expressions sorties de nulle part à mourir de rire. Dans un contexte actuel plutôt anxiogène, ce livre est une vraie bouffée d’oxygène, j’ai pris un réel plaisir à le lire. Et malgré que je ne sois pas fan du « surnaturel » je n’ai pas été gênée par cette lecture car l’histoire et la façon de l’amener s’y prêtaient parfaitement. Merci Barbara pour cet agréable moment passé avec Lilo et ses acolytes.

Les personnages

Lilo, un personnage déjanté, tant dans sa façon de parler que dans son comportement, mais réellement attachant. Elle m’aura fait rire, mais rire, vraiment. Mais il y a eu aussi beaucoup d’émotions parfois que j’en aurai presque eu la larme à l’œil. Même si je ne connais pas l’auteure, familièrement parlant, j’ai vraiment eu l’impression de la retrouver dans le personnage de Lilo, et surtout sa bonne humeur. Bref, j’ai kiffé grave Lilo. Les personnages secondaires ont été quant à eux tout aussi attachants, et m’ont totalement séduite également, même les plus farfelus comme Billy 

La forme

L’histoire nous ai racontée par le personnage principal elle-même. Les chapitres permettent de faire des pauses, de faire retomber les émotions, d’enchainer les évènements, tout est vraiment bien fait pour nous empêcher le lâcher ce livre avant d’en avoir terminé la lecture. Un vrai roman addictif comme je les aime, avec un tourbillon d’émotions, des plus joyeuses aux plus tristes. Un mélange parfaitement dosé.

Le fond

Lilo, suite à un burn-out, a envie de « changer le monde ». Paix, bonheur et amour, c’est ce qu’elle souhaite pour tout le monde. Elle va rencontrer des personnes qui deviendrons ses amis et qui vont l’aider dans sa quête. Mais quand un secret familial est mêlé à ça, tout ne va pas se passer comme prévu. Une histoire passionnante mêlant réel et « surnaturel » à juste dose, on va suivre un personnage déterminée dans sa quête du bonheur malgré les embûches et les difficultés qu’elle va rencontrer.

Le lien vers la chronique ici.